L’infographie du lundi : bourse et économie réelle

Photo Davide Ragusa sur Unsplash

C’est lundi, c’est ravioli.

Sur notre blog, le lundi, c’est le jour de l’infographie.

Parce qu’une bonne illustration permet de comprendre des concepts parfois plus difficiles à expliquer avec des mots.

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser au lien entre la bourse et l’économie réelle.

On présente souvent la bourse comme le lieu où les entreprises viennent se financer, c’est-à-dire où elles vendent de nouvelles actions pour investir dans de nouvelles usines, dans la recherche et le développement ou dans leur développement international.

En bref, par un raccourci souvent utilisé, quand on place de l’argent en bourse, on finance l’économie réelle.

Ce raccourci n’est plus vrai depuis des années aux Etats-Unis, où la différence entre les émissions d’actions et les rachats de leurs propres actions par les entreprises cotées est devenue négative.

Aux Etats-Unis, comme le montre l’infographie ci-dessous, on retire beaucoup plus de capitaux de la bourse (les rachats d’actions, en kaki) qu’il ne vient se coter de nouvelles actions (les émissions, en gris). Le solde (émission nette, la ligne en bleu) est très négatif.

A fin 2019, il est d’environ -600 milliards de dollars sur 12 mois glissants, le montant des rachats d’actions s’élevant à 800 milliards de dollars.

On note vers 2010 une baisse prononcée des rachats d’actions et une remontée des émissions d’actions : la crise financière de 2008-2009 était passée par là, qui a contraint de nombreuses entreprises à procéder à des augmentations de capital pour survivre.

Résumons : aux Etats-Unis, la bourse n’est plus pourvoyeuse nette de capitaux aux entreprises. Les entreprises cotées procèdent à des rachats de leurs propres actions (dont elles annulent ensuite la majorité, ce qui a pour effet mécanique de faire augmenter le bénéfice par action et participe à la bonne tenue des marchés actions depuis plus de 10 ans). Et les émissions d’actions ne progressent plus.

Et en Europe ? Le solde entre émissions et rachats d’actions est passé en territoire négatif. Les rachats d’actions avaient augmenté jusqu’à la crise financière de 2008-2009, qui les a ramenés à zéro. Ils ont repris à partir de 2015 pour dépasser récemment le montant des émissions d’actions.

En bourse, vos placements ne financent à peu près jamais l’économie réelle : la bourse est un marché sur lequel des investisseurs achètent et vendent des titres, ce n’est plus le lieu où les entreprises viennent se financer.

Placer en bourse reste néanmoins le meilleur moyen d’exposer indirectement son épargne à l’activité économique.

L’infographie du lundi est extraite d’un document de JPMorgan Asset Management publié en français (Guide des Marchés – Europe – T1 2020) accessible ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *