L’infographie du lundi : le grand écart des notations ESG

Photo Davide Ragusa sur Unsplash

C’est lundi, c’est ravioli.

Sur notre blog, le lundi, c’est le jour de l’infographie.

Parce qu’une bonne illustration permet de comprendre des concepts parfois plus difficiles à expliquer avec des mots.

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser aux notations ESG.

ESG, c’est Environnement, Social, Gouvernance, les 3 dimensions permettant d’évaluer la responsabilité des sociétés.

La demande des investisseurs pour des produits intégrant l’ESG étant de plus en plus forte, la demande en matière de données ESG ne fait que croître.

Pour analyser une société cotée, il existe deux approches :

  1. L’analyse financière : elle utilise les bilans et comptes de résultat des sociétés, qui sont des documents comptables obéissant à des normes.
  2. L’analyse extra-financière : on la fait en utilisant des éléments… extra-financiers. Liés notamment à l’Environnement, au Social et à la Gouvernance. Pour lesquels il n’existe pas de normes.

Il existe de nombreuses sociétés spécialisées dans la collecte des données extra-financières.

Parmi ces sociétés, 3 acteurs émergent au niveau mondial : FTSE Russell, MSCI et Sustainalytics.

Les deux premiers sont également et avant tout des fournisseurs d’indices, le troisième est spécialisé dans les données ESG.

Chacun a développé une approche propriétaire pour analyser les données extra-financières des sociétés et affecter à celles-ci une note ESG.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les notes affectées à une même société peuvent être très, très différentes d’un fournisseur de notations ESG à l’autre.

Les rédacteurs de l’édition 2020 du Credit Suisse Global Investment Returns Yearbook , Elroy Dimson, Paul Marsh et Mike Staunton, se sont intéressés aux notations ESG affectées par FTSE Russell, MSCI et Sustainalytics à 6 grandes sociétés cotées américaines : Facebook, JPMorgan Chase, Johnson & Johnson, Wells Fargo, Walmart et Pfizer.

L’infographie ci-dessus fournit la note globale (ESG), ainsi que les 3 sous-notes (Environmental/Environnement, Social et Governance/Gouvernance).

C’est le grand écart.

JPMorgan Chase a une mauvaise note globale chez MSCI et une excellente note chez FTSE Russell et Sustainalytics.

Pour Wells Fargo, les 3 notes globales sont très différentes. Quant à la note environnementale de cette banque, elle est très mauvaise pour Sustainalytics et excellente pour FTSE Russell et MSCI.

La grande hétérogénéité des notations ESG ne facilite pas la tâche des investisseurs qui souhaitent s’exposer à des fonds ESG.

Il ne faut pas s’attendre à une convergence rapide des notations, car chaque fournisseur doit se différencier des autres.

Autant dire que chaque investisseur va devoir se livrer à un très minutieux travail d’analyse pour identifier les fonds ESG en phase avec ses valeurs.

Le résumé de l’édition 2020 du Credit Suisse Global Investment Returns Yearbook peut être téléchargé ici (document en anglais).

L’édition 2020 complète du Credit Suisse Global Investment Returns Yearbook peut être achetée en suivant ce lien (document en anglais).

Infographie reproduite avec l’autorisation d’Elroy Dimson, Paul Marsh et Mike Staunton. Ces derniers sont les auteurs de Triumph of the Optimists: 101 Years of Global Investment Returns, Princeton University Press, 2002.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *