L’infographie du lundi : le duo risque/performance

Photo Davide Ragusa sur Unsplash

C’est lundi, c’est ravioli.

Sur notre blog, le lundi, c’est le jour de l’infographie.

Parce qu’une bonne illustration permet de comprendre des concepts parfois plus difficiles à expliquer avec des mots.

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser au duo risque/performance.

Vanguard, la deuxième société du monde en taille avec plus 6000 milliards de dollars d’actifs gérés au 31 décembre 2019, a calculé la performance calendaire de différents portefeuilles1 de 1926 à 2019.

Le plus prudent des portefeuilles, à l’extrême gauche de l’infographie, était composé à 100% d’obligations (100% bonds).

Plus on se déplace vers la droite, plus la proportion d’obligations décroît et celle d’actions augmente.

A l’extrême droite, le portefeuille le plus agressif comporte 100% d’actions (100% stocks).

En allant de gauche à droite, on augmente donc le risque théorique du portefeuille, puisque les actions sont généralement plus risquées que les obligations.

Les points bleus matérialisent les performances calendaires de chacun des portefeuilles.

Pour le portefeuille le plus prudent (100% d’obligations), les performances calendaires vont d’environ -10% pour la pire année à environ +30% pour la meilleure année.

Pour le portefeuille le plus agressif (100% d’actions), les performances calendaires vont d’environ -45% pour la pire année à environ +55% pour la meilleure année.

On constate que plus on va vers la droite, plus le nuage des points matérialisant les performances calendaires s’étire.

Plus le nuage est étiré, plus le portefeuille a été risqué.

Le portefeuille qui a été le plus risqué est celui qui comporte 100% d’actions. Le moins risqué est celui qui comporte 100% d’obligations (ou son voisin immédiat, ce n’est pas facile de les distinguer).

Le duo risque/performance va généralement main dans la main : plus de performance implique plus de risque.

Et sur longue durée, comme nous l’avons montré dans une précédente infographie du lundi, le risque paie : les actions ont une performance très supérieure à celle des obligations.

Mais il y a un prix à payer pour obtenir ces performances : des baisses qui peuvent être considérables, comme actuellement.

L’infographie du lundi est extraite d’un post en anglais paru sur le site de Vanguard aux Etats-Unis : 3 mistakes to avoid during a market downturn.

 

  1. Ces portefeuilles fictifs sont composés d’indices actions Etats-Unis et d’obligations en dollars US. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice. On peut s’y exposer en investissant dans un produit indiciel en répliquant la performance. La performance du fonds indiciel sera généralement inférieure à celle de l’indice en raison notamment des frais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *