L’infographie du lundi : patience et longueur de temps

Photo Davide Ragusa sur Unsplash

C’est lundi, c’est ravioli.

Sur notre blog, le lundi, c’est le jour de l’infographie.

Parce qu’une bonne illustration permet de comprendre des concepts parfois plus difficiles à expliquer avec des mots.

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser au meilleur allié de l’investisseur en actions : le temps. En nous appuyant sur une infographie de la société de gestion BlackRock.

La volatilité est une mesure souvent utilisée comme représentation du risque d’un placement. Statistiquement, cette volatilité est l’écart-type des rendements périodiques, qui mesure la déviation de chaque rendement par rapport à la moyenne des rendements1.

Plus la volatilité est élevée, plus le parcours a été heurté.

Bien que la volatilité ne nous semble pas être une bonne mesure du risque, bien qu’il s’agisse d’une mesure passée et qu’elle ne soit pas prédictive du comportement futur du placement, elle est néanmoins très répandue.

Et quand on la couple avec la probabilité d’avoir enregistré une performance négative, beaucoup plus parlante, elle permet d’illustrer les vertus du temps, donc de la patience, en matière de placement en actions.

Notre infographie du jour utilise une très longue série de données sur le marché des actions aux Etats-Unis : du 31 janvier 18712 au 30 septembre 2019.

Sur cette très longue période, BlackRock a calculé la volatilité sur différentes durées (1, 3, 5 et 10 ans) puis la moyenne des volatilités pour chacune de ces durées. Et s’est livré au même exercice avec la probabilité d’avoir enregistré une performance négative.

Que constate-t-on ?

  • Plus la durée d’observation est longue, plus la volatilité décroît : elle passe d’environ 19% en moyenne sur un an à environ 5% en moyenne sur 10 ans.
  • Plus la durée d’observation est longue, plus la probabilité d’avoir enregistré une performance négative décroît : sur les durées de détention d’un an, la probabilité d’avoir perdu de l’argent a été de 28%, contre seulement 3% sur les durées de détention de 10 ans.

Oui, le placement en actions est risqué. Mais plus la durée de détention est longue, moins ce risque a été élevé.

Que chantait Léo Ferré ?

Avec le temps va,
Avec le temps, va, tout s’en va .

 

Presque tout : le risque subsiste toujours. Mais avec le temps, il diminue.

Et si le risque subsiste toujours, c’est qu’il est la contrepartie d’une espérance de rendement supérieure à celle des liquidités ou des obligations3.

L’infographie d’aujourd’hui est extraite d’un article paru sur le blog de BlackRock accessible ici.

Quant au titre de ce post, il est bien sûr emprunté à Jean de La Fontaine, dans Le Lion et le Rat :

Patience et longueur de temps

Font plus que force ni que rage.

  1. Ils peuvent être quotidiens, hebdomadaires, mensuels, trimestriels, annuels, etc.
  2. Oui, il s’agit bien de 1871, pas de 1971.
  3. Voir à ce propos une précédente Infographie du lundi, Très chère sécurité, accessible ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *