L’infographie du lundi : les actions, ça peut baisser beaucoup

Photo Davide Ragusa sur Unsplash

C’est lundi, c’est ravioli.

Sur notre blog, le lundi, c’est le jour de l’infographie.

Parce qu’une bonne illustration permet de comprendre des concepts parfois plus difficiles à expliquer avec des mots.

Aujourd’hui, nous allons nous intéresser au repli historique maximum de 3 grands indices actions.

Car les actions, ça baisse aussi.

Les 3 indices sont le MSCI ACWI (All Country World Index), le MSCI World et le MSCI World Emerging Markets.

L’indice MSCI World comportait à fin décembre 1646 actions de grandes et moyennes capitalisations cotées sur 23 marchés développés, ayant une capitalisation totale de près de 40 000 milliards de dollars.

L’indice MSCI Emerging Markets comportait à fin décembre 1404 actions de grandes et moyennes capitalisations cotées sur 26 marchés émergents, ayant une capitalisation totale de 5500 milliards de dollars.

L’indice MSCI ACWI est le regroupement des 2 indices précédents. Il comportait donc à fin décembre 3050 actions de grandes et moyennes capitalisations cotées sur 23 marchés développés et 26 marchés émergents, ayant une capitalisation totale de plus de 45 000 milliards de dollars.

Sur très longue durée, les marchés actions ont délivré une performance supérieure à l’inflation.

Mais ils fluctuent en permanence : ils baissent, ils montent. Ils baissent beaucoup, ils montent beaucoup.

Depuis 2008, ils ont beaucoup progressé, surtout aux Etats-Unis (voir notre récente infographie du lundi sur les Etats-Unis, superstars de la décennie).

Mais ils ont aussi parfois beaucoup baissé, comme le montre le tableau ci-dessus, dont les calculs sont arrêtés au 31 décembre 2019.

Pour chacun des 3 indices, on y voit dans la partie droite (Maximum Drawdown) le repli maximum enregistré en euro, et la période durant laquelle ce repli s’est produit.

Pour le MSCI World, ce repli maximum a été de 53,60%. En d’autres termes, un investisseur particulièrement malchanceux qui aurait acheté l’indice le 24 mai 2001 et l’aurait vendu le 9 mars 2009 aurait enregistré une perte de 53,60%.

Pour le MSCI Emerging Markets, ce repli maximum a été de 59,79%. En d’autres termes, un investisseur particulièrement malchanceux qui aurait acheté l’indice le 29 octobre 2007 et l’aurait vendu le 27 octobre 2008 aurait enregistré une perte de 59,79%.

Pour le MSCI ACWI, ce repli maximum est de 53,06%. En d’autres termes, un investisseur particulièrement malchanceux qui aurait acheté l’indice le 24 mai 2001 et l’aurait vendu le 9 mars 2009 aurait enregistré une perte de 53,06%.

Notez que les périodes du repli maximum ne sont pas identiques pour les 3 indices. En outre, le repli a été concentré sur une très courte période (1 an) pour l’indice MSCI Emerging Markets.

L’indice le plus diversifié, le MSCI ACWI, a donc connu un repli maximum de 53,06% depuis son lancement le 1er janvier 2001.

Ce qui s’est produit peut se reproduire. Et le repli peut même être supérieur.

Il convient de garder cet ordre de grandeur en tête pour définir son allocation d’actifs. Si la perspective d’être confronté.e une baisse supérieure à 50% vous effraie, il faut avoir dans votre allocation des classes d’actifs susceptibles d’amortir la baisse. Par exemple des obligations.

Rappelons qu’un indice est une fiction qu’un investisseur ne peut acheter en l’état. Il peut s’exposer à son évolution via un véhicule indiciel, qui cherche à en suivre la performance aussi fidèlement que possible. Ce véhicule ayant généralement des frais, sa performance sera inférieure à celle de l’indice, tant à la hausse qu’à la baisse.

Cette infographie du lundi est tirée du reporting à fin décembre 2019 de l’indice MSCI World en euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *